Browse Tag

Base

Des news, des informations voir des tutoriaux sur l’opérateur Base.
Histoire de la 4G Base

Les 6V/m enfin au moniteur belge juste avant les élections

Region FR RGB

L’information est passée inaperçue, mais le 30 avril 2014 l’“Ordonnance modifiant l’ordonnance du 1er mars 2007 relative à la protection de l’environnement contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les radiations non ionisantes et modifiant l’ordonnance du 5 juin 1997 relative aux permis d’environnement” a été publiée au moniteur belge.

Pas de grande surprise ! Le texte publié reprend les termes utilisés dans le projet comme 6V/m (au lieu des 3V/m auparavant) avec quelques précisions. Comme la remise au gouvernement du premier rapport pour le mois de septembre 2014 sur l’application de la nouvelle norme.

Dans les faits ?

Keep Reading

Pourquoi l’EDGE et le GPRS sont-ils devenus si lents ?

Tunnel EDGE GPRS 2GAvec de récentes expériences et des discussions sur le sujet, il m’est venu la question : mais pourquoi l’accès internet en 2G est-il devenu si lent, que ce soit via GPRS ou via EDGE ?

La première réponse que j’ai trouvée, c’est que les technologies de la 2G ne sont pas particulièrement devenues plus lentes. C’est au contraire la demande de données qui a bien augmenté avec la généralisation de la 3G dans le monde connecté. Ce qui fait que virtuellement, nous avons cet effet de lenteur une fois en 2G.
Prenons l’exemple de Facebook, les textes sont plus longs, les images ont une plus grande résolution. Tout cela à un poids.

Autre élément de réponse, c’est le basculement en 2G qui se fait majoritairement quand nous ne captons plus le réseau 3G et 4G. Ce qui fait d’être à bonne distance et la distance étant l’ennemi de la vitesse, nous avons dès lors une vitesse encore plus faible.

Le dernier point est principalement l’aspect psychologique. Nous nous sommes habitués depuis des années au Wi-Fi, à la 3G et plus récemment à la 4G. Passer en 2G est juste un supplice.GSM

Si je résume : une plus grosse consommation, une plus grande distance et l’aspect psychologique de l’habitude du rapide, voilà les raisons d’un EDGE voir GPRS hyper lent.

Ajout du 30 mars 2014 :
Lors d’une discussion en privée à la suite de la publication de cet article, je voulais apporter quelques informations.

Les technologies de téléphonie mobile ont toutes le même principe, le partage de la bande passante entre tous les utilisateurs connecté à une cellule. En d’autres termes, plus il y a des utilisateurs qui consomment, au moins sera rapide la connexion. Hors je parlais dans l’article sur les détails de la 4G à Bruxelles, que certains opérateurs réutilisait des fréquences 2G pour la 4G. La conséquence pourraient être une diminution du nombre de cellule disponible et donc un besoin de partage plus grand.

Si cela est envisageable techniquement, commercialement ça pourrait être beaucoup moins. Diminuer la qualité du service serait du suicide pour les opérateurs. De plus, certains opérateurs avait déjà commencé l’extinction de la fréquence 1800MHz sur certains sites bien avant l’arrivée de la 4G.

Merci à Jessica Dussart pour le logo de l’article.

De retour chez Mobile Vikings

Il y a maintenant deux ans, je quittais l’opérateur virtuel Mobile Vikings en direction de l’offre de Proximus Generation Connect. La raison était un besoin important de SMS, mais aussi un besoin de connexion 3G plus rapide et plus stable. Depuis, le réseau de Base s’est amélioré dans les zones où je l’utilise. Mes besoins ont également changé en deux ans. J’ai d’ailleurs changé il y a plus de 6 mois pour Base avec son offre Base Check vu que c’était ce qui correspondait le plus à mes besoins.

Maintenant, c’est l’offre de Mobile Vikings qui correspond le plus. Avec les 2 Go de data, les 2000 SMS vers tous les réseaux, les 60 minutes et 300 SMS quotidiens vers d’autres numéros Mobile Vikings et les 15 € de crédit utilisable pour des appels ou en roaming. Sans oublier son accès au réseau 4G-Base qui est certes encore limité, mais grandit de plus en plus.

Offre Mobile Vikings

Juste un petit point, nous avons passé deux cartes chez Mobile Vikings à quelques jours d’intervalles. La première a été reçue en 24h, par contre la seconde aura mis 6 jours à arriver d’après la date d’envoi sur le site. Il ne faut donc pas s’inquiéter, sachant que la procédure de transfert de numéro se fait via un code à envoyer par SMS présent dans la lettre.

Les offres bougent constamment, et vérifier régulièrement ce qui correspond le plus à nos besoins n’est pas inutile. Surtout avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi télécom qui limite les contrats à 6 mois (hors offres conjointes).

 Devenez Viking en cliquant ici

Ou va la 4G en Belgique ?

Après deux mois d’études des différents documents lié aux permis d’environnements disponibles sur les sites internet de l’IBPT (Wallonie et Flandre) et de l’IBGE (Bruxelles),je vous présente à travers cet article les différentes constatations que j’ai eus l’occasion de faire sur la direction que prend la 4G en Belgique.

Toutes ces constatations tiennent compte des permis déjà accordés, ceux encore en cours ou ceux éventuellement refusés. Il ne s’agit pas des sites actifs sur le terrain.

Le nombre de dossiers

Première constatation, Proximus en est aux environs de 1150 sites, Base 775 et Mobistar à 650.

Dans 99 % des cas pour Proximus et Base, les demandes concernent l’utilisation de la bande de fréquences des 1800 MHz pour le LTE.
Au contraire, Mobistar a un grand nombre de demandes dans les différentes bandes de fréquences que sont le 800mhz, le 1800mhz ou le 2600 MHz. Mobistar a aussi la particularité d’avoir un nombre élevé de sites ou une demande existe pour plusieurs fréquences.

Proximus

Le réseau mobile de Belgacom se focalise sur la très bonne couverture des zones choisies, on notera les grandes villes du pays ainsi que la côte belge. Le principe semble être un élargissement toujours plus grand des zones autour des villes de départ.

Proximus-20140305-4G

Base

Le plus jeune des opérateurs en Belgique semble pour sa part avoir une stratégie légèrement différente. La couverture des grandes villes principalement leurs zones centrales tout en étendant la couverture en couvrant les autoroutes qui relient les grandes villes entre elles.

Base-20140305-4G

Mobistar

L’opérateur qui n’a pas encore ouvert commercialement son réseau semble se concentrer sur les grandes villes, mais aussi sur certaines plus petites. L’obligation de couvrir de petite ville qu’ils ont suite à l’obtention du troisième lot 800 MHz ne doit pas y être étrangère.

Mobistar-20140305-4G

Où en est-on avec la 4G en Belgique ?

L’article date de février 2014. Je vous propose de faire un tour sur l’article « Carte de simulation de couverture 4G chez les trois opérateurs » pour le détail des cartes en juillet 2014.

Le mois de janvier a été riche en annonces autour de la 4G en Belgique. Voici un résumé des différentes annonces réalisées autour des offres commerciales, des avancées légales et de l’amélioration de la couverture. Keep Reading

L’Ordonnance 4G est approuvée à Bruxelles

Region FR RGBEn cette fin de mois de janvier, le parlement de la Région de Bruxelles-Capitale à approuver la nouvelle Ordonnance modifiant le cadre légal permettant le déploiement de la 4G dans la région. Il reste une petite étape avant qu’elle soit enfin effective, la publication au moniteur.

L’ordonnance en détails

Ordonnance A-466

Les normes d’émissions

La première partie de l’ordonnance concerne l’assouplissement de la norme d’émissions afin de permettre le déploiement de la 4G. Elle passera de 0,024 W/m² (3 V/m pour le 900 MHz) à 0,096 W/m² (6 V/m pour le 900 MHz).

Cet assouplissement va permettre aux opérateurs d’enfin offrir dans la capitale de l’Europe la dernière technologie en date. Qui pour rappel était la seule zone où cela n’était pas possible d’après les opérateurs. Mais cet assouplissement pourrait permettre aux opérateurs de légèrement aussi améliorer la couverture en 2G et 3G à certains endroits.

D’ailleurs Proximus le confirme ce lundi sur sa page facebook.

Proximus-Ameliorations-3G

Le permis d’environnement

Cette nouvelle ordonnance à d’autres aspects plus méconnus que le simple assouplissement des normes d’émissions. La région a décidé de changer une partie de la procédure administrative liée à l’obtention du permis d’environnement. Une nouvelle classe de permis va être créée (Classe ID). Elle sera fort proche de l’ancienne classe (Classe 2), mais aura comme point de différence une délivrance dans les 30 jours et plus dans les 60.

Le site de la région représentant le cadastre des antennes va être légèrement modifié afin d’être plus complet et de permettre aux citoyens d’introduire des remarques et des réclamations. Ce site reprendra également le rapport des experts ayant évalué la bonne application de l’ordonnance.

Comité d’experts

Comme cela avait été communiqué au départ, cette ordonnance va mettre sur pied une mission d’expert chargé d’évaluer la bonne mise en œuvre de la réglementation. Un rapport annuel sera remis annuellement au gouvernement bruxellois. Celui-ci sera aussi publié sur le site de Bruxelles Environnement.

Ce comité d’experts pourrait donc vraisemblablement remettre des recommandations afin d’adapter la réglementation et ainsi éviter le problème que vient de connaître pendant plusieurs années la région.

Cadastre des toits

Le quatrième point de l’ordonnance va imposer à la région de réaliser un cadastre des toits des bâtiments publics. Ce cadastre reprendrait les sites susceptibles d’accueillir des antennes pour les opérateurs et ainsi rendre plus facile le déploiement de la région. De quoi permettre également à la région d’avoir des rentrées d’argent supplémentaires.

Plus d’informations

2014, l’année de la 4G à Bruxelles mais un gros chantier en vue

Bruxelles pourrait être comparé au village gaulois résistant à l’envahisseur romain, car la capitale de l’Europe est la seule région à ne pas encore pouvoir déployer la 4G, d’après les opérateurs.

Heureusement, et sans revenir sur la polémique sanitaire qui entoure tout le débat, un pas décisif a été fait mi-décembre 2013 afin de permettre le déploiement. Grâce à une adaptation des règles de l’ordonnance datant de 2007.

Si ce point va permettre de régler la partie « légale » du problème, une fois la publication au moniteur,  il restera énormément de travail à faire par les opérateurs. Si une partie doit déjà être faite ou en cours, tout ne se fera pas en un jour.

Base 4G

Les sites d’antennes

La première étape à prévoir est bien sûr de trouver un endroit intéressant pour y placer les antennes et les équipements indispensables aux fonctionnements de celles-ci et ensuite de trouver un accord avec le propriétaire. Cela peut-être un tout nouvel endroit, un endroit où l’opérateur est déjà présent, ou un endroit ou un autre opérateur est déjà présent.

Vient ensuite la partie demandant l’obtention des différents permis. Les opérateurs doivent dans tous les cas obtenir un permis d’environnement. C’est où sera vérifié que les normes électromagnétiques sont bien respectées. Un second permis doit éventuellement être demandé, il concerne le côté urbanistique.

Après la partie plus administrative vient l’implantation plus pratique via le côté technique. Antennes, systèmes de gestion, ligne de connexions au cœur du réseau sont les différentes parties nécessaires à l’implantation de la 4G.

Dans un premier temps, les opérateurs privilégient l’implantation de la 4G sur des sites existants. La fréquence actuellement utilisée est le 1800 MHz. Fréquences que les trois opérateurs utilisent déjà pour leurs réseaux 2G, mais pas forcément partout. Il leur faut soit rajouter une connexion au nouvel équipement 4G ou alors installer des antennes supportant le 1800 MHz. Via un remplacement ou une nouvelle à côté des autres.

De l’antenne, le signal passe ensuite dans les différents équipements faisant le lien entre votre équipement et le cœur du réseau de l’opérateur. Les équipements doivent donc être mis à jour pour supporter la technologie 4G et ensuite la fréquence utilisées pour la 4G. Si un site venait à être déployé en 4G via plusieurs fréquences, une partie des équipements devra être spécifique à chaque fréquence.

La dernière partie d’un site d’antennes est le lien avec le cœur du réseau, la bande passante utilisée pour la 4G étant bien plus important que la 3 G et surtout que la 2G. Les opérateurs doivent prévoir une connexion permettant d’exploiter pleinement la 4G. Que cela soit via des fibres optiques ou des faisceaux hertzien. Même si dans ce cas, les technologies évoluent, les systèmes ayant été mis en place pour la 3 G pouvant parfois suffire.

Mobistar 4G

Cœur du réseau

Cette partie est déjà en place chez les opérateurs étant donné qu’ils ont chacun déjà lancé leurs réseaux 4G dans les autres régions de Belgique. Toutefois, des adaptations sont à prévoir que cela soit un simple remplissage de base de donnée à d’éventuelles mises à jour du système.

Il leur faudra prévoir d’éventuelles mises à jour des connexions et des bandes passantes afin de gérer l’afflux de la demande d’un million d’utilisateurs potentiels en plus, mais aussi des serveurs chargés de gérer le transit des informations ou de la sécurité. Sans oublier la partie facturation et commerciale qui doivent déjà être prêtes.

4G

En 2014

Il reste donc du travail pour permettre la 4G à Bruxelles. Entre le côté administratif et le côté technique, cela permettra uniquement d’avoir un semblant de réseau. Les opérateurs ayant annoncé que pour avoir un vrai réseau 4G en suivant les normes, le nombre de sites d’antennes dans la région va devoir augmenter. Ce qui dans ce cas là, imposera un suivi complet de toutes les étapes expliquées ci-dessous (de façon simplifiée).

On n’oubliera pas le coût de toute cette implémentation qui devra se faire avec la diminution des prix imposés par les différents organes tels que l’IBPT ou l’Europe et l’augmentation des quotas des connexions internet sans augmentation de prix.

Un délai de deux ans pour avoir un réseau utilisable n’est donc pas illusoire, la patience sera encore de mise cette année.