Distance de propagation des fréquences des réseaux mobiles

Fréquences - Par Jessica DussartDans mes précédents articles, je vous parlais des différentes fréquences utilisées dans les réseaux de téléphone mobile et de leurs propagations dans l’air jusqu’à l’intérieure des bâtiments. Il faut savoir que les fréquences en dessous du gigahertz se propagent bien mieux dans l’air et dans les bâtiments. C’est une des raisons qui a poussé Mobistar à déployer majoritairement son réseau 4G actuel en 800 MHz, de quoi avoir rapidement une très bonne couverture du territoire. Le 1800 MHz et le 2600 MHz viendront par la suite pour soulager où la demande est importante.

Après de nombreuses recherches, j’ai trouvé un certain nombre de chiffres sur la distance de propagation de chaque fréquence. Si chaque source a des chiffres différents, ils ont tous des bases communes du point de vue différence entre chaque fréquence.

Les chiffres

Le tableau ci-dessous vient d’un rapport de PA Consulting ayant réalisé une étude pour les Pays-Bas. Il indique la portée d’une antenne de 2 m de hauteur située à 30 m du sol. Bien sur les normes étant différentes entre les Pays-Bas et les trois régions de la Belgique, les chiffres ici ne sont données qu’à titre indicatif.

800 MHz 900 MHz 1800 MHz 2100 MHz 2600 MHz
4G 2G / 3G 2G / 4G 3G 4G
Urbain 0,95 0,87 0,39 0,34 0,29
Suburbain 4,15 3,89 1,08 0,94 0,79
Campagne 13,79 13,08 9,90 9,38 8,85

Distance exprimée en km

Si en urbain, la différence peut aller jusqu’au triple entre le 800 et le 2600 MHz, la différence va jusqu’au quintuple en suburbain. En campagne par contre, la différence se rapproche et atteint seulement le double.

Pylone-Base-Mobistar-Diegem

Influence

Mais les distances ci-dessous sont théoriques et un certain nombre de facteurs viendront affecter cette propagation.
La première est la localisation et l’angle dans l’antenne. Si elle pointe vers le sol, elle portera bien moins loin que si elle se rapproche de l’horizontal.

Un autre facteur sera la puissance d’émission. Prenons le cas de la région Bruxelloises qui avait jusqu’il y a peu la norme la plus sévère au monde, ce qui diminue encore les chiffres de propagations qui sont déjà relativement faibles pour les « hautes » fréquences.

Le dernier facteur sera bien sur les obstacles. Un milieu ultra urbanisé avec des natures d’obstacles différents aura un tout autre impact sur le signal que de plus petites maisons.

En images

Pour illustrer les différences de distance, j’ai réalisé trois cartes comparatives

Urbain

Propagation en urbain

Bleu = 800 MHz, Jaune = 900 MHz, Vert = 1800 MHz, turquoise : 2100 MHz et rouge = 2600 MHz

J’ai pris comme point central la Grand-Place de Bruxelles. Alors que les trois plus hautes fréquences arrivent à peine jusqu’à la gare Centrale. Les 2 plus basses arrivent jusqu’au 16 rue de la loi.

Suburbain

Propagation en suburbain

Bleu = 800 MHz, Jaune = 900 MHz, Vert = 1800 MHz, turquoise : 2100 MHz et rouge = 2600 MHz

Pour comparer, j’ai pris comme référence pour le suburbain également la grand-place. Pas question de comparer le terrain, mais la distance. Si les hautes fréquences arrivent ici à faire presque aussi bien que les bases en urbain. Les basses fréquences elles s’envolent et vont jusqu’à couvrir la grande ceinture. De quoi atteindre la basilique de Koekelberg et le rond point Montgomery.

Campagne

Propagation à la campagne

Bleu = 800 MHz, Jaune = 900 MHz, Vert = 1800 MHz, turquoise : 2100 MHz et rouge = 2600 MHz

En rural, toujours le même point central de références. Il n’est à nouveau pas question de comparer sur le terrain, mais uniquement sur la distance. On remarquera dans ce cas-ci que les hautes et les basses fréquences ne sont plus si éloignées que ça.

Source

A lire aussi


5 Comments

Laisser un commentaire