Un nouveau datacenter pour Orange Belgique

Publié par Jonathan Estevez le

Lundi 18 mars 2019 vers 9h30, Orange Belgique a inauguré du côté d’Anvers un tout nouveau datacenter. Il s’agit de son 10e en Belgique et porte le nom de Titan, un nom qui en dit déjà beaucoup. Mais les moins techniques de vous vont directement venir avec la question …

De gauche à droite
Philippe Muyters : Ministre flamand de l’Innovation
Michaël Trabbia : CEO d’Orange Belgique
Johan Deschuyffeleer : Président du conseil d’administration

Qu’est ce-qu’un datacenter ?

Un datacenter (ou un centre de données en français) est un bâtiment où les sociétés installent un certain nombre d’équipements informatiques nécessaires au fonctionnement de leurs systèmes et ainsi permettent d’offrir des services à leurs clients.

Ce nouveau datacenter d’Orange offrira 1.000m2 dédié à l’hébergement des équipements de l’opérateur. Le tout pour un budget de plus de 14 millions d’euros.

Oui, mais qu’est-ce que comporte un datacenter dans le cas d’Orange Belgique ?

Dans le cas d’Orange, cela comportera tous les équipements nécessaires au fonctionnement des services que l’opérateur propose. Les systèmes de gestion des réseaux et des antennes 2G, 3G et 4G, les systèmes de facturation, les systèmes permettant de téléphoner, d’échanger des sms (Et des MMS) et de se connecter à internet. Mais aussi des services tels que les sites internets, les services offerts dans le cadre de l’internet et la TV fixes…
Il s’agit bien sûr d’une liste non exhaustive et totalement théorique. Ce qui est réellement hébergé est assez secret, que ce soit pour des questions de sécurité ou de concurrence.

Mais qu’importe les équipements que l’on retrouve dans un datacenter, ceux-ci doivent être disponibles 24h sur 24, 7 jour sur 7 et 365 jours par an. Pas question d’avoir la moindre seconde de coupure dans les services offerts par le datacenter aux clients. Dans le cas d’Orange, avoir une coupure pourrait avoir un énorme impact que ce soit sur la facturation ou tout simplement sur son réseau mobile.

Qu’est-ce qui est mis en place pour éviter la moindre coupure ?

L’électricité

Le datacenter est pourvu de deux alimentations électriques totalement séparées. Ils ne se rejoignent en réalité que dans le rack ou les équipements sont installés. On parle en général de circuit A et de circuit B. chaque circuit électrique aura sa propre connexion haute tension. Ainsi, le gestionnaire de réseau électrique arrivera avec deux entrées qui auront un parcours totalement différent.
Dans le datacenter en lui même, on retrouvera un transformateur par circuits électriques, de quoi permettre au total une alimentation de 3 MW au total.

Après le transformateur haute tension jusqu’à une tension de 400V. On retrouvera à nouveau des transformateur permettant de fournir les tensions standards dans le domaine, 230V pour les serveurs ou 48V pour les équipements telecoms. D’ailleurs, le design de la salle informatique a été pensé pour mettre les équipements fonctionnant en 48V au plus près de la source et les équipements 230V au fond. Ceci afin de limiter la perte en ligne et ainsi gagner en efficacité énergétique.

Quid en cas de coupure ?

Malgré la présence de deux sources électriques différentes, il y a un risque de coupure d’alimentation électrique. Pour éviter toute coupure électrique, les datacenters comme celui d’Orange installent des générateurs fonctionnant en général au diesel fournissant de l’électricité pendant plusieurs jours. Ce genre de systèmes mettent quelques minutes pour démarrer. Pour éviter une coupure pendant ce temps, on retrouve des batteries fournissant du 48 ou du 230V. Les générateurs et les batteries étant eux aussi doublés avec ceux pour le circuit A et ceux pour le circuit B.

Les équipements seront alors connectés d’une façon à pouvoir toujours fournir le service qu’ils offrent. Certains équipements seront alors connectés sur les deux sources d’alimentation et basculeront automatiquement d’une source d’alimentation à l’autre. D’autres par contre seront à une source mais auront un jumeau qui sera lui connecté à la second source d’alimentation.

Une question qui est souvent posée est: « Si on possède deux alimentations extérieures, pourquoi prévoir également deux systèmes permettant une alimentation de secours ? » La raison est tout simplement par sécurité, cela permet de permettre des maintenances sans risque de coupure mais aussi permettre un fonctionnement malgré une panne de l’un des éléments de la chaine.

Connexion réseau

Un datacenter ne serait rien sans connexions informatiques vers l’extérieure. De nos jours, c’est la fibre optique qui est utilisée pour permettre le passage d’une grande quantité de données et sur des distances pouvant être longues.
Tout comme l’électricité, il est important d’avoir des connexions redondantes. Ainsi on retrouvera deux lieux où des fibres optiques arriveront par des chemins séparés à l’extérieure et resteront chacune d’un côté du bâtiments.
On aura ensuite deux chemins distincts permettant l’interconnexion des serveurs et des équipements réseau. Des salles entières sont en général dédiées au câblage entre rack.

La sécurité incendie

Un datacenter contient un nombre important d’équipements. Le risque est double. D’abord un grand nombre d’éléments peuvent générer un incendie mais aussi une grande quantité d’équipements peuvent être rapidement détruits. Si les possibilités de réduire les incendies se fait surtout par de la prévention avec un bon système de monitoring pouvant détecter des problèmes avant qu’ils ne deviennent critiques. La seconde étape est d’avoir des locaux pouvant contenir un éventuel incendie pendant plus de 2h. De quoi le confiner à une partie du bâtiments le temps que les pompiers interviennent.

Mais pourtant, le mieux est de ne pas devoir dépendre de personne(s) extérieure(s). Il faut donc un système permettant d’éteindre rapidement un incendie. Pas question d’utiliser de l’eau qui aurait comme conséquences certes d’éteindre un incendie mais aussi de détruire tous les équipements touchés par l’eau. Les datacenter comme celui d’Orange sont en général pourvus d’un système à base de gaz permettant d’étouffer un incendie. On fait diminuer la quantité d’oxygène dans l’air très rapidement à 10%. Cela éteint un incendie et permet à une personne qui est restée bloquée dans la salle de survivre. La personne sera certes peut-être étourdie voire évanouie mais sa vie ne sera pas en danger direct. Et pour réduire ce risque, une alarme retentira et laissera un certain nombre de secondes pour évacuer la salle.

Le refroidissement

Si vous avec un ordinateur chez vous, vous avez déjà tous remarqué qu’il chauffe assez fort. Imaginez alors une salle remplie de milliers d’équipements informatiques. La chaleur dégagée est juste énorme. Il faut donc utiliser différentes techniques pour gérer cette chaleur.

La première est d’avoir des salles fonctionnant à différentes températures: 21, 23 ou 27°C. De quoi diminuer grandement la température pour certaines choses comme par exemple les batteries où on cherchera à diminuer davantage la température que dans les salles avec du câblage.

La seconde est de construire le datacenter dans une zone offrant des courant d’air plus frais. Le datacenter est ainsi construit proche d’un cours d’eau et loin d’un centre ville, de quoi gagner un peu de fraicheur naturellement.

La troisième est d’utiliser des systèmes de refroidissement avec plusieurs modes de fonctionnement. Le premier est simplement un échange thermique entre le chaud de l’intérieur et le froid de l’extérieur. La seconde est l’utilisation d’une pulvérisation d’eau, de quoi faire gagner un peu plus de fraicheur. Pour 2% du temps dans une année, les deux modes précédents ne suffisent pas. Il faudra alors utiliser un système de refroidissement d’air comparable à ceux utilisés dans un frigo.

Grace à ces différents système, Orange a calculé que l’indicateur de la performance énergétique de son datacenter était de 1.2 .

Oui mais même le pire scénario peut se produire …

Il ne faut pas se leurrer, toute personne travaillant dans l’informatique sait qu’il faut prévoir plusieurs systèmes de « sécurité » afin de maintenir un système informatique toujours fonctionnel. Si on peux facilement se passer d’une tv dans une salle de réunion, il en est tout autre pour un réseau de téléphonie mobile, des connexions internet et même l’accès au chaines de TV. Même une coupure courte peut avoir un impact d’image important sur une société.

Si tout est prévu pour maintenir les services via le datacenter, un soucis important peut se produire rendant le datacenter complètement inopérant. La solution est qu’Orange déploie ses services dans d’autres sites en Belgique avec les systèmes fonctionnant soit en parallèle soit avec un principal et un ou plusieurs autres prêts à prendre le relai en cas de coupure du principal service ou équipement.

L’accès au datacenter

Pour ceux se posant la question, pas question de visiter le bâtiment comme un musée. L’accès y est sécurisé par différentes technologies allant du système d’identification jusqu’aux dizaines de caméras. De quoi en faire un bunker et ainsi résister à un grand nombre de problèmes extérieurs.

Quid du futur ?

Le datacenter maintenant inauguré va pouvoir se remplir petit à petit. Les équipements nécessaires au fonctionnement ne sont pas encore tous installés. Ainsi pas besoin d’avoir 10 systèmes de refroidissement d’air si pour l’instant deux suffissent. Idem pour le câblage et les rack qui seront installés petit à petit en fonction de l’utilisation qui sera faite dans les prochaines années.

Mais d’un point de vue utilisation justement, le but de ce nouveau bâtiment est double.

Il va permettre de supprimer 3 datacenter plus anciens qu’Orange as pour l’instant du côté d’Anvers et de Gand. Ce remplacement se fera sur plusieurs années avec des connexions dédiées justement à la connexion vers ces futurs anciens lieux.

Il permettra d’avoir les espaces nécessaires pour gérer les nouveautés que l’avenir d’Orange aura besoin pour fournir ses services. Telles que l’installation des systèmes informatiques nécessaires aux fonctionnement du futur réseau 5G mais aussi, à plus court terme, permettre l’augmentation de bandes passantes nécessaires pour l’augmentation constante de la bande passante de et vers Internet

Catégories : Expérience client

Jonathan Estevez

J’aime les nouvelles technologies, au point d’avoir fait de ma passion mon métier en étant « System Administrator ». Ma vie en Hastag ? #Geek #ICT #Telecom #Mobile #Smartphone #4G #Android #iOS #Windows #MacOS #Belgium #Brussels

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :