Browse Month

novembre 2013

Nouveau plan de la STIB : des corrections rapides

Quand quelque chose est mal fait, c’est souvent facile de le dire. J’avais d’ailleurs fait un résumé des problèmes du nouveau plan dans un article précédent. (Nouveau plan de la STIB, erreurs et approximations) Mais il faut aussi parler de la correction rapide qui est réalisée.

La STIB a ainsi publié ce vendredi 15 novembre une version corrigée de son nouveau plan de réseau.

47 à Vilvoorde

Le plan indiquait auparavant la desserte dans les deux sens de certains arrêts. Ce qui n’était pas correct.

47
Avant

Une meilleure lisibilité avec des flèches pour indiquer la direction dans laquelle l’arrêt est desservi l’arrêt. Le résultat est bien meilleur.

47Vilvoorde
Après

Roi Baudouin & Soetens

Concernant « Roi Baudouin », ils ont adapté le tracé afin d’avoir plus clairement l’affichage des arrêts des lignes.
Pour Soetens, ils ont aussi clairement indiqué le sens de circulation.

Roi Baudouin
Avant

Soetens
Avant
Roi Baudouin
Après

53 Wimpelberg

L’arrêt Wimpelberg est uniquement desservi en direction de « H Militaire », ce qui est maintenant clairement indiqué.

Avant
Avant

Après
Après

Haren et Bordet Station

L’arrêt et la zone Bordet Station a été redessiné.

Pour la ligne 64, le sens a été corrigé et indiqué bien plus clairement.

Bordet
Avant

64-Haren
Avant
64 Haren
Après

Gare du Nord et Rogier

Le sens de circulation du 58 est dorénavant clairement indiqué.

58
Avant

Gare du Nord & Rogier
Après

Patrie et Meiser

Le tracé des lignes et des arrêts à Patrie et Meiser indiquent clairement le sens des lignes.

Patrie
Avant

Paduwa
Avant
Patrie-Meiser
Après

42 à l’UCL

Ils ont fait une adaptation au niveau  du 42 à l’UCL. Ici, pas de solution miracle, la compréhension sera toujours au bon vouloir des personnes qui regarde la carte. Même si c’est peut-être plus facile maintenant.

42-UCL
Avant

42 UCL
Après

89

Le sens du 89 est dorénavant clairement indiqué

89
Avant

89
Après

Anderlecht

Idem pour la zone Meir sur le 46, ou la zone Pommier des 46 et 75.

Meir
Avant

Pommier
Avant

Anderlecht
Après

Botanique et Ambiorix

Tout comme le 61 dans le coin de Botanique ou la zone Ambiorix.

61
Avant

Ambiorix
Avant

SaintJosse
Après

Jourdan

Et toujours le sens de circulation dorénavant indiqué.

Jourdan
Avant

Jourdan
Après

Delta et ULB

Et la même chose pour les lignes du TEC et de De Lijn à la VUB ou le 71 à Delta.

Etterbeek
Avant

Delta
Avant

Delta-ULB
Après

L’accès au plan

  • Le plan version 15 novembre 2013 est accessible sur le site de la STIB, via cette page

Belgacom, premier opérateur 4G en province du Luxembourg

Sans surprise, Belgacom est officiellement le premier opérateur à avoir déployé de la 4G en province du Luxembourg. En effet, la dernière carte de l’opérateur déployé vraisemblablement ce vendredi 15 novembre fait état de la présence de 4G dans la ville de Libramont-Chevigny.

Libramont-Chevigny

D’autres villes sont dorénavant couvertes en Wallonie, telles que Binche et Dinant. Et les zones autour de Mons, Charleroi, Namur et Liège sont un peu plus étendues et se rapprochent les une des autres.
On notera également une amélioration en Flandre, ou les grandes zones 4G commencent à être connectées entre elles. La périphérie nord de Bruxelles est pratiquement connectée à Anvers en 4 G.

Belgium-4G-20131115

 

Belgacom annonce dépasser dorénavant les 217 villes couvertes, et approche des 50 % de la population couverte. À peine 1 an après l’ouverture commerciale du réseau, belle prouesse de l’opérateur. Rappelons-le, sans la région Bruxelloises qui doit compter pour plus de 10 % de la population.
Mais l’assouplissement des règles à Bruxelles qui approche, et l’obtention des fréquences en 800 MHz devraient aider pour une partie des derniers 50%.

Nexus 5 et Nexus 7, le couple idéal ?

Avec le renouvellement récent de la gamme Nexus (smartphone et tablette 7 pouces), Google met sur le marché un couple de dispositifs tout comme Apple avec ses iPhone et l’iPad mini. Malgré des constructeurs différents, Google reste le responsable de la gamme. Ce qui assure une homogénéité des dispositifs. Mais est-ce que le couple Nexus 5 et Nexus 7 est le couple idéal ?

La partie matérielle

Nexus7-2013Un « form factor » ayant clairement une base commune. Un bouton « on/off » ainsi qu’un double bouton pour le volume. Une LED de notifications sous l’écran, une caméra frontale et un capteur photo à l’arrière. La seule différence venant de la présence d’un flash LED pour le Nexus 5.

Cette base commune permet de retrouver également diverses améliorations qui arrivent doucement sur le marché. Ils ne sont pas les premiers à les proposés, mais en sont tous les deux pourvus. Je veux parler ici du NFC et de la fonction de recharge sans fil.

Concernant le design, on se retrouve avec le minimum, mais qui s’avère assez bien réussit. Une ligne pure a l’avant, des tranches pratiquement inexistantes et un arrière en plastique mou grave du nom Nexus.

La partie logicielle

Nexus 5 GooglePour le système d’exploitation, même si le déploiement de KitKat est seulement en cours sur la Nexus 7, le Nexus 5 est lui déjà sous KitKat. Mais cette sortie rapide à un un défaut, Google ne prévoit de mettre à jour le logiciel que pendant 18 mois. Ce qui permet d’avoir rapidement la dernière version, mais de devoir changer après 2 ans si l’on veut continuer à garder cette avance.
Sans oublier que cette absence de surcouche, évite le problème de l’expérience utilisateur. Ainsi la surcouche de Samsung, de Sony ou de HTC venant totalement changer cette expérience.

Avoir un OS identique sur les deux dispositifs, va permettre de faire l’économie de n’acheter une application qu’une seule fois. Que ce soit sur le Google Play ou tout autre magasin d’applications. Rares sont les applications payantes développées uniquement pour les smartphones ayant à coter une version développée uniquement pour les tablettes. Certains diront aussi que le nombre d’applications réellement pensé pour tablette étant également assez faible.

Mon avis

Comme je l’ai décrit dans cet article, le couple Nexus 5 et Nexus 7 est un bon couple. Mais il dépendra surtout des attentes d’utilisateurs et surtout de son budget. Certains le trouveront le meilleur, certains diront que c’est le pire. Que ce soit à cause d’un design trop bas de gamme, ou d’un Android qui est loin d’offrir la qualité de finitions d’autres OS du marché.

Pour ma part, il n’est pas forcément le couple idéal, mais c’est finalement celui qui me convient le mieux à mes attentes personnelles.

Et tant qu’à parler de couple, ça vous fera deux belles boites de couleurs bleues dans votre collection 😉

Base, Belgacom et Mobistar ont leurs fréquences 800 Mhz

Depuis août 2013, le processus d’enchères pour l’attribution des 3 lots de fréquences en 800 Mhz était ouvert. La dernière phase, les enchères proprement débutaient le 12 novembre.

Le nombre de candidat et de fréquences étant identique, le résultat était déjà pratiquement connu. Seules les obligations liées au troisième lot allaient les départager.

Et c’est Mobistar qui décroche le 3e lot de fréquences. Belgacom décroche le second et Base le premier.

Pourquoi le 800Mhz ?

BelgacomLes fréquences en 800Mhz ont deux intérêts pour les opérateurs.

Le premier est tout simplement d’augmenter la capacité des réseaux. Plus de fréquences veulent dire plus d’utilisateurs se partageant une plus grande bande passante.

Le second argument est plus pour l’opérateur, même si ça pourrait se ressentir sur les prix. Ainsi les fréquences en 800Mhz à une meilleure pénétration dans les bâtiments et se rependent mieux dans les zones rurales que le 1800Mhz et surtout le 2600Mhz.

Quelles sont les différences entre les lots ?

Love, Work, Play : MobistarOutre les 20 MHz de chaque lot, chaque lot de fréquences permet d’avoir accès au dernier lot de fréquences disponibles dans les 2600Mhz. Le premier lot ayant la priorité sur le second, et le second ayant priorité sur le troisième s’il venait à réclamer chacun ce lot de fréquences.

Le troisième lot à une autre contrainte, l’opérateur l’ayant remporté devra couvrir 98 % de la population d’ici 3 ans dans 60 communes oubliées des nouvelles technologies.
Sans contrainte de fréquences, Mobistar pourra couvrir en 4G en 800, 1800 ou 2600 MHz les 60 communes suivantes.

AMEL HABAY ONHAYE
AYWAILLE HAMOIS ORP-JAUCHE
BASTOGNE HAVELANGE PALISEUL
BERTOGNE HONNELLES RAEREN
BERTRIX HOREBEKE RAMILLIES
BIEVRE HOTTON RENDEUX
BRUNEHAUT HOUFFALIZE ROCHEFORT
BÜLLINGEN HOUTHULST RUMES
BURG-REULAND JALHAY SAINTE-ODE
BÜTGENBACH KELMIS SAINT-HUBERT
CHIMAY KORTEMARK SANKT VITH
CINEY LA ROCHE-EN-ARDENNE SOMME-LEUZE
CLAVIER LIBRAMONT-CHEVIGNY STADEN
COUVIN LONTZEN TELLIN
DAVERDISSE MEIX-DEVANT-VIRTON THEUX
EUPEN METTET TINTIGNY
FLOBECQ MODAVE TROIS-PONTS
FLORENVILLE MOMIGNIES VAUX-SUR-SURE
FROIDCHAPELLE NASSOGNE VRESSE-SUR-SEMOIS
GOUVY OHEY WELLIN

Quelles sont les obligations de couverture ?

BaseLes délais de couverture sont liés à la possession de licence 2G pour les trois gagnants.

Après 2 ans d’attributions effectives de la licence, la couverture de la population devra être de minimum 30 %. Après 4 ans de 70 % et après 6 ans de 98 %.

Que donne maintenant la répartition des fréquences de téléphonie mobile ?

  800 MHz 900 MHz 1800 MHz 2 GHz 2,6 GHz Total
Belgacom 2 x 10 2 x 10 2 x 20 2 x 15 2 x 20 150 Mhz
Mobistar 2 x 10 2 x 10 2 x 20 2 x 14,8 2 x 20 149,6 Mhz
Base 2 x 10 2 x 10 2 x 20 2 x 14,8 2 x 15  139,6 Mhz
Telenet/Tecteo 2 x 4,8 2 x 10 2 x 14,8 59,2 Mhz
b-lite 45 45 Mhz

Quels prix ?

Les 3 enchères ont été remportées chacune pour 120 M€. Un montant qui correspond à 25 000€ par MHz et par mois pendant 20 ans. Chaque opérateur aura le choix de le payer en une fois ou par année suivant des modalités et des frais bien précis.

Outre ce prix pour la redevance unique, chaque opérateur devra s’acquitter d’une redevance annuelle reprenant plusieurs frais :

  • Une redevance de gestion de l’autorisation 800 MHz d’un montant de 350 000€
  • Une redevance de mise à dispositions de fréquences : 87 500€ par MHz

Au total, chaque opérateur aura dépensé à la fin des 20 ans : 120 millions de base et 42 millions de redevances supplémentaires.